17 Mars 2017 : Visite à Gap de Philippe Wahl, PDG du groupe La Poste

Retour sur la journée du 17 mars, Philippe Wahl le président du groupe La Poste était en visite de « courtoisie » dans les Hautes Alpes.

A l’invitation de la Fapt 05, nous étions plus d’une soixantaine : postiers, usagers, représentants de collectifs de défense de la Poste pour accueillir Philippe Wahl venu parader en visite de site dans les Hautes Alpes.

Plusieurs temps forts dans la journée

Dans un soucis évident de bien paraitre médiatique, le PDG s’est mélangé aux manifestants, avant de rencontrer les représentants du personnel des différentes organisations syndicales. Une fois de plus, il était facile de mesurer les différences entre la CGT et les autres syndicats, largement partenaires et signataires des accords qui mettent en difficulté le personnel et les usagers. Seuls les représentants CGT ont porté les interrogations et revendications des salariés sur leurs conditions de travail, d’emploi, de carrière et sur la qualité de service.

Dans un second temps, des salariés volontaires ou choisis ont pu rencontrer le PDG. Lors des différents entretiens, Philippe Wahl a affirmé son objectif d’une Poste génératrice de profits aux dépens des salariés et de la qualité des services publics postaux. Sans surprise, il n’a qu’une vision comptable qui ne peut être compatible avec un service public.

Retour sur l’entrevue avec la CGT

Nous avons pu mesurer, le décalage de débat avec les autres OS. Malgré le timing contraint, nous avons été les seuls a parler des questions de fond (Conditions de travail, égalité devant le service public, l’emploi, la carrière, les accords à minima…). Mr Wahl a été loquace mais intraitable dans ses explications, convaincu que les orientations engagées sont les bonnes.

CGT : « Comment justifiez vous le désengagement de La Poste dans les zones rurales ? »

Philippe Wahl :

Nous ne pouvons nous permettre de laisser des bureaux sans fréquentation, cela a un coût ! Les élus et usagers doivent faire preuve d’attachement à La Poste, en étant client, s’ils veulent conserver leur bureau.

Le PDG n’est donc pas ému à l’idée de ne plus trouver de bureaux de plein exercice dans un rayon de 30 ou 40 kilomètres. La désertification des bureaux est largement organisée de manière à ce que la priorité économique supplante le service public.

Nous devons être présent là ou nous trouvons de l’activité, s’adapter au nouveau mode de vie.

CGT : « Les cadres manquent de moyen pour mettre en œuvre des projets. »

Les cadres accompagnent nos efforts financiers, ils doivent respecter leur FDR et améliorer les gains de productivité. La Poste est confrontée à une concurrence rude et la gestion sous contrainte est de rigueur.

Le coût de la main d’œuvre revient régulièrement dans ses propos, il est rappelé à plusieurs reprises que le coût des salaires des Postiers est d’un milliard par mois… Nous sommes face à une logique économique ou l’humain est juste une variable d’ajustement. Les conditions de travail des salariés et des cadres se dégradent.

Malgré la satisfaction du PDG, concernant le nombre d’embauche ou de « dé-précarisation » au Courrier, la CGT lui rappelle que c’est insuffisant. Les positions de travail aménagées sont trop rares et l’accord est peu respecté, faute toujours de moyens. Sur le chantier « normes et cadences » il a d’ailleurs été demandé d’associer toutes les OS.

Le dernier point abordé par la CGT, concerne les agents en reclassement. Là aussi une fin de non recevoir sur l’indemnisation du préjudice subit par ces agents sur le blocage de carrière entre 1993 et 2009, un rappel est fait par le Président sur quelques mesures négociées (ex: indice terminal repoussé, possibilité d’évolution). Une information  sera apparemment communiquée prochainement à la Fapt 05.

Quels services publics pour demain ?

Il serait bien que les dirigeants des entreprises (anciennement) publiques se mettent à faire gaffe aux gens. Comme le dit si justement Audrey Vernon (chroniqueuse France Inter, récemment censurée à l’antenne) : les gens ce sont les « trucs » que gèrent les DRH. Voulons nous vivre dans une société où le seul but de ces entreprises n’est plus de faire rouler des trains, soigner des gens ou envoyer des lettres mais uniquement d’être rentable et tant qu’à faire en pressant les travailleurs ?

Pourrons nous encore profiter longtemps d’une Poste qui réponde aux besoins des usagers en termes d’accompagnement, d’un postier qui prend le temps d’aider une vieille dame à remplir son recommandé, d’accessibilité et de présence ou avons-nous juste besoin de voir des actionnaires expliquer dans leurs beaux costumes que si les salariés se suicident dans leurs tenues de travail, sur le lieu de travail, ça n’a aucun rapport avec le travail ?

En ce sens, la CGT Fapt 05 lance une pétition pour le maintien du service public postal dans les Hautes Alpes et vous invites à la signer et la partager en plus grand nombre.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *