Micro-trottoir : votre Poste de demain !

Des métiers qui évoluent

C’est un constat que nous faisons depuis plusieurs années : les métiers de La Poste évoluent. Aussi bien à cause des évolutions naturelles de la société, des habitudes de consommations qui changent, qu’à cause des décisions prises par une direction qui vise d’avantage le profit que l’intérêt des usagers et du personnel.

Mais il est vrai qu’un usager qui travaille toute la journée n’a que faire d’avoir son courrier dans sa boîte à 9 heures alors qu’il ne rentrera pas chez lui avant 19 heures, qu’une personne qui travaille préférera peut-être se faire livrer son colis en fin d’après midi quand elle rentre à la maison.

Il en va de même pour les bureaux de Poste où on peut imaginer l’implantation ou la réimplantation de nouvelles activités, utiles aux collectivités, afin de garantir et de pérenniser leur présence sur le territoire.

Cependant, aujourd’hui La Poste a décidé d’opter pour une évolution complétement anarchique de ses activités. Les facteurs se font livreur de médicament, collecteur de papier, releveur d’anomalies sur la voirie, examinateur du permis, installeur de décodeur TNT ou releveur de compteur EDF sans pour autant avoir le temps nécessaire pour venir à bout de cet éventail de prestations.

Désormais, vérifier si une personne âgée va bien est un service payant. Là où autrefois cette tâche relevait du rôle social ou bien même de la simple courtoisie, La Poste lance aujourd’hui « Veiller sur mes parents », un vrai marché rentable dans le but, ironique, de « maintenir le lien social ». Même le rôle social du facteur a maintenant un prix !

Être force de proposition pour décider de notre avenir

« Pourquoi le facteur ne pourrait-il pas dans ce cas effectuer certaines opérations d’un guichetier ? Il rapporterait de l’argent à la boite et pour le service public ce serait parfait ! » remarquait un facteur de Briançon. « Parce que tu prendrais 2 grades de plus alors que le service public ils s’en foutent ! » répondait un de ses collègues.

Il est impossible de nier les changements de la société mais, à la CGT Fapt 05, nous estimons que l’évolution des métiers au sein de l’entreprise doit prendre en compte l’intérêt des usagers tout comme le bien-être des salariés au lieu de viser uniquement l’augmentation des bénéfices du groupe. Chaque nouvelle activité, chaque nouvelle tâche doit être valorisée et prise en compte à sa juste mesure dans l’organisation du travail.

Elle doit répondre aux fondamentaux de ce que sont les métiers du groupe et non transformer les employés en outil de l’immense couteau suisse que devient La Poste, vidant ainsi de sens leur travail. Huit cabinets d’expertises ont déjà mis le doigt sur les risques que ces situations font et vont faire courir aux salariés en écrivant une lettre ouverte à Philippe Whal, PDG du groupe, pour dénoncer l’ampleur de la crise sociale en cours dans son entreprise.

En tant qu’organisation syndicale qui se veut force de proposition, nous devons être capable de donner et d’imposer notre vision sur les changements à venir à La Poste. Il est indispensable de réinjecter de l’humain, du bon sens, du service dans les activités du groupe. Cela ne pourra pas se faire sans partir des besoins qui sont ceux des usagers et de leurs élus.

Un micro-trottoir pour aller à la rencontre de tous

La Fapt 05 décide donc d’aller à la rencontre des acteurs qui gravitent autour de La Poste dans les Hautes-Alpes, usagers tout d’abord (en ville mais aussi dans les vallées), élus du département et bien sur salariés, afin de recueillir leurs témoignages autour de deux questions essentielles :

  • Pour vous, La Poste c’est quoi ?
  • Comment voyez-vous La Poste de demain ?

Ces courts interviews vidéos permettront à tous de travailler à partir de ce que sont les réalités du terrain au sein de notre département et de débattre afin de construire ce que seront nos revendications de demain. Comme un fil rouge, elles seront publiées régulièrement sur la page Facebook du syndicat ainsi que sur ce site et permettront aussi de créer un film qui regroupera l’essentiel des témoignages.

Ces rencontres seront l’occasion de créer un échange avec les citoyens du département et de faire partager nos idées. Dans ce sens, nous avons créé une plaquette destinée à tous et qui sera distribuée au terme de l’enregistrement des vidéos.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *