Été serein – chez Orange l’été dure 6 mois !

La DOSE anticipe la planification des congés d’été et présente aujourd’hui, sans négocier avec les organisations syndicales, des mesures alléchantes pour développer les interventions le samedi.

Travailler le samedi, pourquoi ?

Le plan « été serein » concerne potentiellement tous les métiers du réseau. Il propose de rémunérer les salariés prêts à prendre sur leurs jours de repos pour venir travailler. C’est un apport financier indéniable pour beaucoup, notamment les jeunes dont le salaire n’est ni à la hauteur du travail fourni ni du coût de la vie.
Mais faire travailler les salariés le samedi, payés sous forme de prime (non prises en compte dans le salaire fixe et donc pour le calcul de l’intéressement, de la participation ou des augmentations), ne répond pas réellement aux problèmes de rémunérations ou d’absence de recrutements de l’entreprise.
Si le plan est destiné à mieux gérer les périodes tendues des vacances, pourquoi nous n’assistons pas à la mise en place d’un système de prime à la semaine ? Un des éléments de réponse est probablement le fait que les entreprises qui sous-traitent les interventions d’Orange ont des limites au travail du samedi (conventions collectives). Pourquoi l’entreprise ne fait-elle donc pas le choix d’absorber les interventions en semaine en renforçant les équipes avec de nouvelles embauches ? Parce que la semaine les interventions sont absorbées par la sous traitance.

Un cadeau empoisonné ?

L’entreprise préfère banaliser le travail du samedi. Dans le même temps elle lance son programme prémium et propose aux clients « V.I.P » d’intervenir à leur domicile jusqu’au samedi mais aussi le soir jusqu’à 22 heures. Faudrait-il craindre un futur plan  » soirée sereine » ?
Ces mesures vont permettre de compresser les effectifs toute la semaine en couvrant plus de plages horaires le week-end et en augmentant les durées hebdomadaires de travail. Les nouveaux contrats CDI de certaines Unités d’Intervention prévoient même de travailler tous les samedis. Dans le même temps on assiste à une généralisation des heures supplémentaires, preuve que l’activité ne manque pas.
Tous les métiers du réseau étant potentiellement concernés, ces journées VIP sont aussi un prétexte pour accroitre le niveau de polyvalence qui sera demandé aux salariés dans le contexte actuel où les astreintes réseaux sont de plus en plus remises en cause.

Un plan qui rapporte finalement à Orange

Quand on connait les excellents résultats de l’entreprise (3,2 milliards de bénéfice, 8% d’augmentation des dividendes…) en 2016 on n’explique pas cette volonté de toujours réduire plus le nombre de salariés… A moins que ce ne soit comme ça qu’Orange réalise de tels chiffres ! Après avoir assisté à une réduction des effectifs de 50% en 10 ans dans notre région, on comprend mieux la stratégie de l’opérateur.
Pour la CGT ce sont les salaires qui doivent augmenter globalement pour ne pas avoir à travailler plus. Tous les usagers ont droit à un réseau de qualité, avec un nombre de salariés suffisant pour l’entretenir tout au long de l’année et pas seulement le samedi au bénéfice d’un argument commercial.
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *