Quand l’entreprise fait son vocabulaire…

Si il y a une chose que l’entreprise à réussi ces dernières années, c’est à créer des éléments de langages qui lui sont propres ! Comment dire les choses aux salariés sans les dire vraiment ? Les services communications de nos entreprises n’ont pas chômé pour créer du vocabulaire.

Sur la base d’une idée de Samantha Bailly, aidez nous à enrichir ce lexique des mots (maux) de nos entreprise !

  • Collaborateur : employé
  • Nous : l’entreprise
  • Brainstormer : réfléchir
  • Prendre le lead : diriger
  • Gratification : rémunération
  • Challenging : chiant
  • ASAP (as soon as possible) : le plus tôt possible
  • Draft : Essais
  • Je suis full time sur le projet : je bosse uniquement la dessus
  • J’ai un call : je dois passer un appel
  • Feedback : retour
  • En one to one : tous les deux
  • Débriefer : voir ensemble
  • C’est mon n+1 : c’est la personne au dessus de moi hiérarchiquement
  • Être force de proposition : faire le boulot de quelqu’un d’autre
  • Corporate : Fayot
  • Mutualiser : regrouper les savoir-faire pour dépenser moins
  • Politique Make or Buy : politique de sous-traitance
  • J’applique les process : je fais ce qu’on me dit
  • Il n’y a pas de journée type : c’est le bordel
  • Les tâches sont variées, on ne s’ennuie jamais : j’ai des taches qui n’ont rien à voir avec mon poste
  • Je suis focus : je suis concentré
  • J’ai fait un banchmark : j’ai volé les idées d’un concurrent
  • Charges salariales : cotisations sociales
  • Axes d’amélioration : choses qui ne vont pas
  • En dessous des attentes : decevant
  • C’est touchy : c’est la merde
  • Il a souhaité donner une nouvelle orientation à sa carrière : il a été licencié
  • Nouvelle aventure : plan de licenciement
  • Sortir de sa zone de confort : faire plus avec moins de moyens
  • Avoir le droit à l’erreur : Être envoyé sur une mission sans y être formé
  • Travailler à flux tendu : devoir te débrouiller pour pallier au manque d’organisation de l’entreprise
  • Travailler en mode agile : boucher les trou quand le personnel manque
  • Postes en turn-over : boulot de merde dont personne ne veux
  • Avoir l’esprit start-up : Être prêt à tout faire et ne pas compter ses heures
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *