MRM, une bouffée d’oxygène qui a disparu

Les ex-EAR / CER remercient de tout cœur les organisations syndicales qui ont signés l’accord « Chargé de Clientèle Remplaçant » dont l’objectif était de détruire ce métier de remplaçant qui permettait au bureaux de Poste de fonctionner correctement en accordant congés, ASA, formations, et de combler les absences prévisibles ou non.

Pour ceux qui n’ont pas eu d’autres choix que se positionner sur cette nouvelle fonction de CCR, leur qualité de vie au travail s’est dégradée : les délais de route ne sont plus compensés, la fatigue s’accumule, les compensations prévus sont largement insuffisantes au regard des contraintes de ce métier !

Et dans les bureau qu’advient-il ? Intérimaires utilisés à foison, absence prévues ou non de plus en plus souvent non remplacées, bureaux agents seuls fermés, multiplication des fermetures estivales en urbain… étendues au rural.

Sans compter que, dans les gros bureaux, le pauvre Chargé de Clientèle titulaire se retrouve seul à couvrir plusieurs positions de travail et à faire office de formateur !

Stress amplifié des chargés de clientèle et nouveaux CCR s’ajoutent à la dégradation du service rendu aux usagers.

Il est navrant de constater que des organisations syndicales censées défendre l’intérêt des agents se soient rendus complices de cette régression. Sachez vous en souvenir quand vous voterez en décembre !

La CGT quand à elle continuera de combattre toutes les formes de régression.

 

D’après un article de la CGT Fapt 11.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *