En entreprise aussi, on a le droit de dire STOP

De manière visible, l’actualité est marquée par la mobilisation des Gilets Jaunes. La CGT Fapt 05 respecte l’indépendance de ce mouvement, tout en souhaitant que des discussions et des échanges puissent se tenir partout pour que chacun contribue dans son domaine d’action à développer le rapport de force sur les revendications sociales et économiques.

Quand Orange instrumentalise le mouvement

Le gouvernement ne semble jamais à court d’idée pour tenter d’acheter le mouvement social des « gilets jaunes » en cours dans toute la France. Le 6 décembre, Stéphane Richard, PDG d’Orange, répondait à l’appel lancé par l’exécutif aux entreprises leur suggérant le versement d’une prime pour améliorer leur pouvoir d’achat de leurs salariés.

Fier d’être le premier chef d’une grande entreprise à faire un geste et soucieux de le faire savoir, c’est à l’ensemble des médias qu’il s’adresse, plutôt qu’à ses salariés.

C’est donc ce même PDG, qui a refusé d’entendre toutes les organisations syndicales lors des négociations annuelles obligatoires des salaires cette année, qui a fait que pour la première fois depuis 13 ans, en 2018 il n’y a pas eu d’accord salarial à Orange, qui a pris la décision unilatérale d’entériner des mesures d’augmentation générale en dessous de l’inflation… C’est celui là qui est aujourd’hui prêt à montrer à quel point il est un patron généreux et à l’écoute.

A l’image du gouvernement qui méprise le mouvement social en proposant des mesures inaptes à répondre aux nombreuses revendications des « gilets jaunes », Stéphane Richard joue pleinement la carte de la démagogie en instrumentalisant le conflit à son avantage afin de s’attribuer une image sociale.

Le PDG d’Orange veut de la publicité, nous proposons donc de lui en faire ! Vous pouvez télécharger ici le visuel qui dénonce son comportement.

Cesser le travail pour se faire entendre

Les grèves locales dans les entreprises, bien que moins médiatisées, témoignent toutes du ras-le-bol général. Les questions des salaires, des conditions de travail, de la précarité, de l’avenir, du développement des services publics, des retraites ou du pouvoir d’achat, sont bien souvent au cœur de ces actions qui tendent à se multiplier.

La CGT affirme son engagement à répondre à cet élan en organisant une journée de grève massive le 14 décembre dans les entreprises. Nous proposons aux salariés de participer massivement à toutes les initiatives et appels à la grève impulsés dans tous les territoires pour élever le rapport de force.

Alors que le Gouvernement traite depuis plusieurs mois toutes les revendications par le mépris, joue le pourrissement des conflits par des concertations sans contenu ni réponse, tente de diviser et abuse de la répression, nous avons tous la responsabilité d’arrêter cette mascarade !

Les salariés ont le droit d’exprimer leur colère sur leur situation sociale et de faire monter l’exigence de hausse des salaires, de création d’emplois de qualité, de sauvegarde de la protection sociale et de réponse aux revendications spécifiques portées dans chaque entreprise.

Vous trouverez ici notre tract d’appel à la grève pour la journée du 14 décembre.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.